Massacre d'une haie protégée à Saint-Pardoux !

Publié le par Collectif Saint-Pardoux Citoyen

Parce-que des citoyens nous ont alerté et d'autres interpellé sur la permissivité au droit d'arracher en toute impunité une magnifique haie classée que le Collectif a souhaité réagir...

A quoi sert de faire réaliser une enquête publique (outre l'aspect obligatoire et bonne conscience) auprès de la population pour la mise en place du Plan Local d'Urbanisme Intercommunal (Septembre/ Octobre 2014) ? Pour oublier que la préservation des haies, des arbres et du bocage a été le 1er sujet de préoccupation de la population lors de cette enquête publique, suivi par le maintien des zones humides, mares et le respect des chemins ruraux !

D'ailleurs, que devient la promesse de la communauté de communes Sud Gâtine de mettre en place une concertation citoyenne de gestion des conflits d'intérêts entre le monde socio-économique et les tenants de la protection de l’environnement sur notre territoire, avant le regroupement inter-communal et en prévision d'un futur Parc Naturel Régional qui aura des impacts ? Ne serait-il pas de bon augure de prendre en amont un problème conflictuel récurrent pour en faire une démarche participative innovante, faite de concertation entre les différentes parties (administration, collectivités, citoyens etc ....), il y a urgence !

Pourquoi faire classer une haie sur une zone d'activité économique en bord de 3 voies pour en arriver là ? Au lieu de conforter et de consolider les trames vertes sur l'ensemble du territoire de la communauté de communes Sud Gâtine comme réclamé par les différents partenaires....

Souhaitons-nous communiquer que les documents d'urbanisme ne servent à rien et que chacun fait ce qu'il veut ?

Massacre d'une haie protégée à Saint-Pardoux !
Massacre d'une haie protégée à Saint-Pardoux !

Non ce n'était pas "4 arbres et des broussailles" comme vous pouvez le constater sur Géoportail, mais une haie écran de plus de 95m de long, de haute et moyenne futaie... On est loin des 45 m évoqué !

Non la société AURIAU était au courant et nul n'est censé ignoré la Loi de fait ! De plus, la modification très importante du terrain en "plate-forme d'exposition" , ainsi que l’enfouissement des réseaux d'eau pluviales sont soumis logiquement à une demande de Permis de Construire en mairie...

Après constatation sur le terrain, la pose d'une buse au diamètre important qui concentre l'écoulement pluvial en un point. Ne risque-t-elle pas de créer un torrent dévastateur chez le voisin du dessous, qui va subir cette servitude d'écoulements naturels (art. 640 alinéa 3, art. 641 alinéa 2 : On entend par " aggravation " une intervention humaine sur la topographie du terrain avec pour conséquence un renfort de cet écoulement en détournant d'autres flux de leur direction ) ?

Si le principe de replantation par la communauté de communes reste de bonne intention. Il n'en demeure pas moins que c'est encore la collectivité qui va se substituer au privé et va prendre en charge cet investissement. De plus, la replantation d'une haie n'est pas le fait d'une bonne "intégration ou harmonie paysagère", la définition d'une haie bocagère n'est pas l'ordonnancement bien régulier et homogène de plants souvent peu diversifiés et sans "broussaille" (voir l'excellente vidéo : de la ronce à la haie de Sylvain Houlier...)....

Massacre d'une haie protégée à Saint-Pardoux !

Malgré le soutien et l'écoute de la DDT 79 (Direction Départementale des Territoires) et de ses différents services (PAC, Natura 2000...) sur ce type de vandalisme. Encore une fois, nous comprenons que les "clés" ne sont pas tenues pas les bonnes personnes. Pour le PLUI, l'auto-contrôle est uniquement entre les mains de la communauté de communes qui dispose de deux casquettes souvent incompatibles : La compétence économique et la compétence environnement.

Inévitablement la prise de conflit d'intérêt intervient et souvent au détriment de l'environnement... Il serait difficile de voir les responsables de la communauté de communes déposer plainte ou de faire constater l'arrachage par la gendarmerie au sein d'une zone économique qu'ils ont eu la volonté de créer !

Ne serait-il pas judicieux que la DDT dispose d'un pouvoir de police suprême concernant la globalité de la protection des haies et de l'environnement sur le département au lieu d'un "mille feuille" administratif qui se partage le gâteau de la nature ?

La commune de Saint-Pardoux n'est pas en reste, disposant du pouvoir de police (que n'a pas souhaité prendre la communauté de communes Sud-Gâtine). Mais là encore à la question posée en conseil municipal (du 03 Mars 2015) par l'opposition sur la prise de position de la municipalité sur cet arrachage, on se retranche derrière la communauté de communes : "cela regarde la com'com et on leur avait bien dit de faire attention... car arracher une haie à Saint-Pardoux maintenant on prend de gros risques!... Et puis cette entreprise va proposer des emplois alors ..." !

Nous ne disons pas non plus merci aux Associations de Protection de l'Environnement des Deux-Sèvres qui encore une fois ont montré leurs limites par leurs silences et/ou leurs propos convenus !

Nous finirons par les mots d'humeur d'un lecteur du Courrier de l'Ouest en réaction à l'article paru le 04 Mars 2015:

Il y a toujours de bonne raison pour arracher une haie dont les plus fréquentes sont "qu'elle n'a rien d'exceptionnel" ou "qu'elle gêne une exploitation".

Ce "rien d'exceptionnel" tient généralement au fait qu'elle n'a pas été correctement entretenue et valorisée et a un peu dépéri ou bien encore que le roncier et les vieux arbres la domine.

Mais c'est oublier qu'elle vit depuis longtemps et que la biodiversité qui y vivait meurt instantanément avec son arrachage.

Il faudra des années pour revenir au même équilibre.

Une biodiversité " banale"que l'on ne sait plus voir, qui n'a pas dans notre société de valeur marchande et qui ne vote pas.

Qu'un marchand de matériel agricole, pour mieux se faire voir au bord de la route à St-Pardoux aie donc mis à bas sa haie sans se renseigner sur son statut de haie protégée au plan d'urbanisme, c'est le simple reflet de notre société marchande.

La haie "pas exceptionnelle", en plus gênait l'exploitation visuelle de son commerce comme d'autres gênent l'agrandissement souvent inutile des parcelles. C'en était trop.

A bas la haie plutôt que de la remettre en forme !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Moua 10/03/2016 20:30

tous les acteurs de la commune ou de la CC savaient les intentions du nouveau proprio. En effet, cette interrogation a été évoquée lors du dernier conseil municipal de St Pardoux et et le 1er adjoint a dit je cite "c'est risqué de vendre, à St Pardoux, une parcelle à quelqu'un qui pourrait arracher une haie" donc dans la majorité tout le monde savait et les mêmes personnes s'en foutent complètement, c'est triste.