"Ce ne sont pas les mauvaises herbes qui étouffent le bon grain, mais la négligence du cultivateur"

Publié le par Collectif Saint-Pardoux Citoyen

"Ce ne sont pas les mauvaises herbes qui étouffent le bon grain, mais la négligence du cultivateur"

L'édito de M. NOIRTAULT Philippe et de Mme VIDARD-ROUVREAU Sandra,

conseillers municipaux de la liste Saint-Pardoux Citoyen

Vous avez dû recevoir le nouveau bulletin municipal où M. le maire adresse ses vœux à ses « amis concitoyens ».

Nous nous joignons à lui pour vous souhaitez également à toutes et à tous une très belle année.

EST-CE FAIRE PREUVE D’INCIVILITÉ ?

- que d'être présents en conseils municipaux, aux réunions, à la tenue des bureaux de vote ;

- que de réclamer les documents nécessaires pour les délibérations en conseil municipal, conformément à la Loi ;

- que de demander l'inscription de nos interventions orales lors des conseils municipaux très rarement reprises en totalité ou déformées sur les comptes-rendus ;

- que d'alerter sur les futures charges supplémentaires, importantes, en terme d'entretien et de fonctionnement sur le budget communal, charges créées par les projets structurants actuels et à venir (parking, extension cimetière, boulodrome, aire de jeux, fleurissement et jardin à Château-Bourdin, zone du Poirier, verger communal). Ceux-ci s'ajoutent aux bâtiments vieillissants, non-conformes ou inadaptés de la commune ;

- que de signaler les dysfonctionnements permanents de l'éclairage public et de proposer un plan de réduction.

- que de signifier l'incohérence de la gestion environnementale de l'espace public par le désherbage chimique excessif prônant pourtant Terre-Saine et la mauvaise gestion des chemins communaux ;

- que de rappeler que le boulodrome a été un gouffre financier (550.000 €), sans aucun retour possible sur l'investissement et en terme d'amortissement et dont le temps d'occupation reste limité...

EST-CE FAIRE PRESSION ?

- que d'utiliser son droit de questionnement en conseil municipal quand on ne dispose d'aucun document de travail préalable pour prendre les décisions ;

- que de signaler l'absence totale des commissions municipales exceptée celle « de la voirie » ;

- que d'analyser le budget et d'en soulever les erreurs et l'approximation constante ;

- que d'imposer une baisse des dépenses de fonctionnement de la municipalité en terme d'indemnités d'élus, cérémonies, repas, achats de logiciels, abonnement standard téléphonique, communication suite à la baisse constante des dotations d’État.

- que de proposer la mise en place de tarifs différenciés et la mise sous régie publique de la cantine scolaire pour soutenir les familles en difficultés ;

- que de refuser le coût prohibitif de mobilier (13.300 €), pour une future bibliothèque qui ne s'appuie sur aucune étude de besoins de la population et sans connaître l'implication de bénévoles pour l'animer dans un local inadapté;

- que de vouloir travailler en parfaite harmonie avec la Communauté de Communes Sud-Gâtine par nos propositions sur les dossiers qui engagent la population au-delà de l'espace communal (PLUI, schéma de mutualisation, schéma de cohérence territoriale) …

EST-CE MENTIR ?

- que de refuser l'augmentation « par principe » des impôts communaux et sans aucune justification ;

- que de soutenir une élue rejetée et diffamée par sa propre équipe ;

- que de faire des propositions qui sont reprises quelques mois après par la majorité municipale ;

- que de se battre pour le maintien des quelques commerçants implantés face à des élus qui veulent les voir partir en les assommant par des loyers prohibitifs ;

- que d'avoir proposé une convention « énergie » (fuel/bois) avec des tarifs négociés pour les habitants de la commune ;

- que de refuser que les loyers des logements communaux et location des salles du Foyer Rural soient revues systématiquement à la hausse sans la mise en place d'un plan pluri-annuel de rénovation de ces bâtiments vieillissants ;

- que de dire que la population « pauvre » et l'action sociale dans cette commune n'a jamais voulue être prise en compte par cette majorité ;

- que d'affirmer que le CCAS n'a aucun moyen financier digne (1600 €) pour une commune de 1600 habitants soit seulement 1 € par habitant en faveur de la solidarité sociale d'urgence...

EST-CE VOULOIR MANIPULER?

- que soient consultés les habitants de la commune sur des dossiers qui les impactent : zone du Poirier, commerces, ferme de La Bazonnière....

- que de demander l'implantation d'une boulangerie dans le centre, dans un local communal existant pour soutenir « le cœur » de bourg ;

- que de vouloir voir la mairie s'engager en terme de service public sur une convention Point-Poste.

- que d'insister pour que la mobilité soit repensée et qu'une zone de co-voiturage soit créée en bord de la RD ;

- que de penser rapidement à la création d'un lieu spécifique et adapté pour la restauration scolaire ;

- que de réclamer 20 % d'alimentation en Agriculture Biologique quand elle ne représente que 0,30 % actuellement à la cantine avec pourtant 6 producteurs bios sur la commune et donc de soutenir l'économie locale.

EST-CE RECHERCHER A SEMER LA MAUVAISE GRAINE ?

- que d'informer les habitants sur les propos réellement tenus en conseil municipal en s'appuyant sur les enregistrements et la vidéo (mis en œuvre avec l'autorisation du Préfet) ;

- que de diffuser l'information via un blog ou / et une lettre d'information ;

- que de demander pour les habitants un quart d'heure citoyen de libre expression et de questionnement en conseil municipal (refusé deux fois par le maire)...

La communication faite dans les bulletins municipaux ne donne aucun chiffre et cache la réalité, à savoir des engagements sur des projets mal étudiés ,sans concertation avec les habitants concernés ,qui font nettement augmenter la dette de la commune et de ce fait vos impôts locaux...

Il nous semble qu'il faut savoir prendre de la hauteur quand on est maire face aux clivages des propositions et des intérêts personnels, et qu'il faut donner du sens à l'action municipale car celle-ci ne saurait se réduire à des projets structurants dispendieux en oubliant en premier lieu les besoins primordiaux des habitants !

Une commune se doit d'être tournée vers l'avenir ;

Se marginaliser auprès de sa communauté de communes est préjudiciable.

Saint-Pardoux doit prendre en marche, et dans la meilleure configuration d'esprit possible, le regroupement intercommunal proposé par le Préfet, avec des bénéfices rapides pour la population sans prise en compte d'ambitions personnelles.

Nous prônons une action tournée vers la responsabilisation sociale :

- Lutte contre la précarité énergétique

- Solidarité envers les plus fragiles

- Maintien des commerces en cœur de bourg

- Développement de l'économie circulaire locale

- Soutien aux initiatives citoyennes

C'est cela que doit être Saint-Pardoux !

Et c'est notre seule ambition !

"Ce ne sont pas les mauvaises herbes qui étouffent le bon grain, mais la négligence du cultivateur"
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article