Les Girouettes de Saint-Pardoux ou petite histoire de la cave "Mets en Vin" ...

Publié le par Collectif Saint-Pardoux Citoyen

C'est une bien triste histoire que celle à venir du commerce de la cave "Mets en vin"... Elle avait pourtant débutée sous de bons hospices.

Le local conçu à l'origine pour la menuiserie, a connu divers bailleurs avant l'achat par la Mairie de Saint-Pardoux pour un montant de 130 000 €, avec la présence d'amiante connue . L'ensemble est très dégradé, non louable en l'état et nécessite d'importants travaux de rénovation et de mise en conformité nécessaires pour un local commercial et d'accueil aux publics.Travaux ne pouvant donc pas être directement imputé aux futurs bailleurs des 2 locaux mais à la vétusté générale du bâtiment.

Jeune, expérimenté, reconnu de ses pairs dans son domaine, apprécié pour sa gentillesse et sa qualité de services sur une grande partie du territoire de Gâtine... Mr PILLOT s'installe en Mars 2012, dans ce local commercial alloué par la Mairie pour un loyer mensuel de 600 € HT les 3 premières années puis 800 € HT les années suivantes.

NB: A rappeler, que Mr Pillot a subit un sinistre le 15/10/2012 (NDLA: année de son installation) suite à la vétusté de la toiture. Malgré les nombreuses interventions de Mr Pillot et malgré un recours de la MAAF, GROUPAMA, l'assurance de la municipalité doit toujours actuellement à la cave "Mets en Vin" 1600 € ... Nous ne sommes pas sûre que les élus soient intervenus auprès de l'assurance pour accélérer le processus de remboursement, nous sommes fin 2015...

Ce commerce devient rapidement attractif et une marque de reconnaissance pour le village de Saint-Pardoux...

Mais dés l’installation de la nouvelle mandature en Avril 2014, le 2ème adjoint demande: "quand aura lieu la réévaluation du loyer du local commercial, car il ne faudrait pas le louper, y'a des choses à dire là-dessus...." Le Maire lui répondant que la fin du bail ne prend effet que début 2015, il sera discuté à ce moment là.... Nous avions déjà perçu que le sujet serait "chaud bouillant"...

Chronologie des événements depuis Janvier 2015:

06 Janvier 2015: A la lecture du compte-rendu du conseil municipal (mais ces propos inscrits n'ont jamais été tenu le jour même du conseil municipal... comme quoi la véracité des contenus des comptes-rendus des conseils municipaux sont à prendre avec beaucoup de précautions, vive les enregistrements audio...), il est écrit: "qu'une réflexion est engagée pour le devenir du local commercial, loué à la cave "Mets en Vin", prolongation de la location ou mise en vente du bâtiment. une estimation par une agence immobilière est en cours"....

Hors, lors de ce même conseil municipal (l'enregistrement audio fait foi), il est fait uniquement mention d'un courrier à l'intention de l'ensemble des élus (qui ne leurs à jamais été communiqués!) adressé par Mr PILLOT, demandant la non-augmentation de son loyer: cette demande n'ayant pas été inscrite sur le compte-rendu du conseil municipal du 06 Janvier 2015... sans plus de débat !

Nous avons pu obtenir une copie de ce courrier. Par sa lecture, et les arguments exposés, cette demande exprime avec bon sens, les difficultés des jeunes entreprises à s'implanter de manière solide et pérenne demandant aux élus un peu de compréhension.

09 Février 2015: à l'ordre du jour de ce conseil municipal est inscrit "Devenir de l'occupation du local commercial de la Cave "Mets en Vin".... Cela n'augure rien de bon!

Mr PILLOT présent, n'a pas été autorisé à prendre la parole durant le conseil municipal.

On ne tiendra pas compte du compte-rendu de ce conseil municipal, celui-ci n'incluant pas le débat qui a eu lieu, nous reprendrons le débat via l'enregistrement audio réalisé:

Nous apprenons que des membres de la majorité (en excluant naturellement les membres de l'opposition) se sont réunis la semaine dernière en invitant Mr PILLOT, locataire du local.

L'élue de l'opposition demande qu'elle était cette réunion? Qui y a pris part ? Pourquoi certaines personnes ont été délibérément évincées?... Réponse du Maire : C'est une réunion « qui tu veux », « avec des personnes concernées ».

L'élue indique que l'opposition se sent parfaitement concernée sur le devenir de ce commerce et aurait appréciée d'être conviée à cette réunion « qui tu veux ».

Il apparaît au vue de la présentation très succincte du Maire que la majorité souhaite se débarrasser de ce bâtiment (en partie ou en entier), car c'est un "encombrant" issu l'ancienne mandature acheté "pour rendre service", mais qu'aucune prospective n'avait été menée pour élaborer un projet commercial, artisanal ou autre dans un avenir proche ou lointain...

A la mise au vote:

- 2 votes contre sur l'augmentation du loyer du local commercial, par les membres de l'opposition.

Ainsi, la location du local est augmentée de 200 € HT, sans se soucier des indices de révision des loyers commerciaux (ceux-ci sont indexés sur l'inflation). Pour information au 3ème trimestre 2014, l'indice était évalué à +0,05 % soit environ 0,30€ pour un loyer de 600 €HT que paye actuellement Mr PILLOT et non une réévaluation de 33% pour une augmentation de 200 €, soit un loyer de 960 € TTC mensuel.

Après ce vote, Mr PILLOT quitte la salle exaspéré, sans avoir pu s'exprimer et défendre son argumentaire.

Suite à ce départ, l'élue de l'opposition relance le débat: "Ne pas tenir compte des difficultés rencontrées par les commerçants en zone rurale est une gabegie (NDLA: la commune de Saint-Pardoux est situé en Zone de Revitalisation Rurale, ces zones regroupent des territoires ruraux en difficultés, combinant faible densité démographique et handicap structurel sur le plan socio-économique).

Ce petit effort d'octroyer un loyer modéré dans un local appartenant à la commune aurait pu perdurer sur 3 ans de plus et permettre de maintenir un minimum d'activité et d'attractivité dans un bourg qui a encore perdu un commerce emblématique au 31 Décembre 2014, l'unique bar-tabac-dépôt de pain-point-Poste de la commune !"... pas de réponse des élus

Le 4ème adjoint en charge de l'urbanisme indique : « Je souhaite que la commune soutienne les commerçants avec la même équité »... Mais de quels commerçants parle ce monsieur ?

L'élue de l'opposition rétorque : « Je souhaite que toutes les associations communales soient soutenues à la même hauteur de l'investissement de 500.000 € octroyé à l'association de pétanque pour la réalisation du boulodrome !».... Clap de fin de la séance!

26 Mai 2015: Compte-rendu du conseil municipal, non-inscrit à l'ordre du jour mais en simples questions diverses, on peut lire : "Le Maire informe à l'assemblée qu'une proposition de vente a été remise à Mr PILLOT. Il attend une réponse de sa part. Cette proposition comprenait plusieurs variantes: son local seul, ou avec les locaux attenants. L'estimation est basée sur celle réalisée par les Domaines".... Aucun document ou montant chiffré ne nous sera communiqué sur cette possible transaction.

24 Juillet 2015: Mr PILLOT communique sa proposition par dépôt en Mairie, comprenant 1 courrier, 3 devis de désamiantage de 2 pages chacun effectués par l'entreprise PILLET-GINGREAU, habilitée dans ce type de procédure. Aucun accusé de réception ne lui sera adressé.

CONTENU DE LA PROPOSITION DE MR PILLOT POUR L'ACHAT DES LOCAUX COMMERCIAUX:

Mr PILLOT souhaite acquérir les bâtiments du local de la Cave "Mets en Vin", avec les parkings attenants, ainsi que l'autre bâtiment commercial "SETELEN" et son parking, pour un montant de 100.000 €. Mr PILLOT ne se portant pas acquéreur du locatif situé entre les deux locaux commerciaux (d'une valeur estimée à 30 000 €).

Le montant du désamiantage pour les deux bâtiments commerciaux est de 59.800 € TTC. A la charge de Mr PILLOT.

La proposition faite de 100.000 € est donc plus que raisonnable...

Fin août 2015: Mr PILLOT interpelle l'élue de l'opposition, car il n'a pas reçu de nouvelles de la Mairie concernant sa demande et s'étonne que sa proposition n'a pas été inscrite au dernier conseil municipal en date du 17 août.

Mr PILLOT transmet les courriers et devis ainsi qu'une copie de l'estimation des Domaines, qu'il a communiqué à La Mairie le 24 Juillet aux élus de l'opposition. Ces mêmes élu(e)s n'ayant pas été destinataires par la Mairie de ces documents comme il doit en être l'usage....

15 septembre 2015: Commission urbanisme

- l'élue de l'opposition membre de cette commission, interpelle le 1er adjoint et le 4 ème adjoint (Président de la commission Urbanisme) sur la proposition effectuée par Mr PILLOT qui n'a toujours pas été inscrite à l'ordre du jour en conseil municipal ?

- On lui indique que ce n'est pas le lieu et le moment d'en discuter ???? Et que la proposition de 158.000 € (enfin un premier chiffre donné par la Mairie !) est très raisonnable au vu des travaux déjà effectués environ 50.000 € pour l'ensemble des locaux commerciaux. Cette proposition correspond à l'estimation des Domaines...

- L'élue d'opposition rétorque que ce sont des travaux inhérents à la vétusté et à l'impossibillité de louer des bâtiments dans l'état et que ce sont des mises en conformité obligatoire. Elle s'interroge de plus, sur le désamiantage du toit des bâtiments dont les travaux incombent à la Mairie ou en déduction de la valeur estimée des bâtiments....

- On lui répond que non le prix de 158.000 € tient compte de la présence d'amiante dans ces bâtiments... et que la population de Saint-Pardoux ne comprendrait pas que le bâtiment soit vendu à perte!

- L'élue de l'opposition interroge le 1er adjoint sur la réelle volonté de cette municipalité de soutenir le commerce local et l'attractivité du cœur de bourg, avec la perte en 1 an et demi de mandat, d'un bar-tabac-presse, d'une marchande des 4'saisons et d'un vendeur de motos et des promesses électoralistes non-tenues sur l'implantation d'une boulangerie ? ... Triste constat laissé sans réponse.

28 Septembre 2015: Conseil municipal, toujours aucune inscription à l'ordre du jour de la proposition d'achat de Mr PILLOT. Les élus de l'opposition ont demandé qu'il soit présent, et souhaitent exprimer leurs interrogations lors des question diverses...

Là encore on ne reprendra pas le compte-rendu du conseil municipal celui-ci étant faux.

Pris au dépourvu par la présence de Mr PILLOT, le Maire prend de chef la parole lors des questions diverses et indique : "suite à une réunion (NDLA: qui tu veux ?), il a été décidé de faire une proposition de vente des bâtiments de 150.000 €, c'est l'ensemble ou rien !". Qui a décidé, certainement pas le Conseil Municipal dans son ensemble !

L'élue de l'opposition prend la parole: " Je souhaite reprendre le courrier des Domaines que la Mairie et vous même Mr le Maire avez fourni à Mr PILLOT en Mai 2015. L'estimation pour les parcelles retenues par Mr PILLOT comprend 2 locaux commerciaux, comme vous lui en avez laissé le choix par courrier, et fait état d'un montant total de 128.000 € hors frais de désamiantage. Pour rappel Mr Pillot propose 100.000 € sans le désamiantage.

Les 2 devis de désamiantage communiqués par Mr PILLOT concernant les deux locaux commerciaux sont d'un montant total de 59.800 € TTC.

Ce qui aboutie à une estimation des Domaines calculée, moins le coût de désamiantage de :

128.000 - 59.800 = 68. 200 € pour l'achat.

Vous noterez Mr Le Maire, que Mr PILLOT vous propose pratiquement 50 % de plus, soit 31.800 €, de la valeur estimée, sans compter les 32. 000 € déjà versés de loyers pour son local commercial.

Je tiens à rappeler pour votre gouverne que le désamiantage est obligatoire comme indiqué sur le courrier des Domaines que vous avez reçu en Mars 2015, je cite : Suite aux prescriptions des articles R. 1334-14 à R.1334-19 du Code de la santé publique. La présente évaluation est effectuée en fonction des données du marché, sans tenir compte des coûts d'enlèvement de l'amiante si l'existence de cette matière était révélée.

Les devis de l'entreprise PILLET-GINGREAU habilité à ce type d'expertise confirme la présence d'amiante sur l'ensemble de la toiture.

De plus, après un appel auprès du service des Domaines ceux-ci ont bien confirmé mes affirmations sur l'obligation de désamiantage au frais de la commune ou déduction du coût fait lors d'une vente"

Réponse du 2ème adjoint: "On a jamais eu ce courrier des domaines entre les mains sur le désamiantage, c'est un faux !" et retoque en demandant : "De quel droit tu te permets d'appeler les Domaines ?"

L'élue de l'opposition lui répond: "au droit que je suis conseillère municipale au même titre que vous Mr Le 2ème adjoint". (NDLA : le titre d'adjoint ne détient pas de pouvoir particulier par rapport à un conseiller municipal mais double qualité d'officier d'état civil....)

Après vérification de la copie et de l'original, ils sont identiques. Réponse du 1er et 2ème adjoints: "On n'avaient pas fait attention à cette mention sur le courrier !" ..... Impressionnant !

Le Maire prend la parole et indique: "Qu'ils n'ont pas été destinataires de l'ensemble des devis mais seulement d'une copie de la moitié d'un devis lui indiquant la somme de 24700 €" (NDLA: correspondant au désamiantage du bâtiment "SETELEN")... ben voyons !!!

Mr PILLOT prend la parole: "Il est certain d'avoir envoyé l'ensemble des documents et posté dans la boite aux lettres de la Mairie, le 25 Juillet 2015".

Le Maire dit que cela ne peut pas être une erreur et qu'il attend que Mr PILLOT lui communique l'ensemble des documents avant de prendre une décision.... La séance est levée, pirouette - cacahuète! !

15 Octobre 2015, le couperet tombe par hasard... Mr PILLOT téléphone au Maire pour lui demander l'état d'avancement du dossier (NDLA: Mr PILLOT ayant communiqué pour la deuxième fois l'ensemble du dossier dés le lendemain du conseil municipal à la Mairie), celui-ci lui indique qu'ils (?) ne sont plus vendeur du bâtiment. Sans plus d'explication !

Voila au bout de 10 mois de gestation, de gesticulation ... La montagne accouche d'une souris encore une fois!

Il apparaît évident que Mr PILLOT ne pourra pas assumer très longtemps un loyer prohibitif de 960 € mensuel (NDLA: Celui de SETELEN avec une surface 2 fois moindre n'est que de 250 € !!!) et qu'il devra très probablement prendre une décision radicale mais salvatrice pour son commerce. Il n'a d'ailleurs certainement pas de soucis à se faire des communes proches l'accueilleront les bras ouverts, le soutiendront dans ses démarches ... voir le feront travailler !

Pas une seule fois un membre de cette majorité n'a dénié rencontrer, parler des projets d'avenir du commerce de la cave "Mets en Vin" et surtout des perspectives qu'envisageait dans un avenir proche Mr Pillot dans le deuxième local commercial...quand on connait le projet envisagé, cela aurait été très bénéfique pour la commune et les habitants....

Alors il faut bien se résoudre à l'évidence outre l'incapacité de ces élus à soutenir des dossiers... Il est évident et criminel qu'on se doit d'alerter le commerçant désireux de venir s'installer dans cette commune. On ne peut pas entreprendre à Saint-Pardoux, au vu de l'étroitesse d'esprit de ces élus !

Cet article est publié avec l'autorisation de Mr PILLOT.

Les courriers, données chiffrées (devis, estimation etc...), enregistrements audio sont tous en notre possession.

Les Girouettes de Saint-Pardoux ou petite histoire de la cave "Mets en Vin" ...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JEANAIMARRE 01/11/2015 10:45

n'aurait il pas été judicieux d'installer une boulangerie à la place d'une entreprise qui ne rapporte rien à la commune surtout avec un logement contigu et le cimetière : ne restait il pas de la place ???

Collectif Saint-Pardoux Citoyen 01/11/2015 13:45

Bonjour ,

Effectivement l'implantation d'une boulangerie à la place du local occupé actuellement par SETELEN serait La SOLUTION ! Cette proposition avait d'ailleurs été faîte par le Collectif Saint-Pardoux Citoyen et les élus de l'opposition (nous avions trouvé un jeune couple dynamique et motivé pour monter ce dossier sous forme d'une coopérative) avec le soutien de Mr PILLOT, avant les élections communales (Février 2014) à la place de la fumante zone commerciale.... Les élus de l'opposition ont à de multiples reprises demandé de prendre en charge ce dossier, ils ont toujours été débouté de leurs demandes par la majorité...
Concernant le cimetière effectivement ils restaient très largement des places et surtout des reprises de concessions anciennes à prendre, ce qui laissait une marge de 10 ans et un gain financier certain ...
Nous vous remercions de l'intérêt que vous nous portez.
Bien cordialement
Le Collectif Saint-Pardoux

Anonyme 19/10/2015 21:37

Bravo tres interessant.Sacre bordel cette affaire geree d'une maniere tres legere.tenez bon.

Collectif Saint-Pardoux Citoyen 19/10/2015 22:48

Merci de votre intérêt concernant cet article et de votre soutien.
Cordialement
Le Collectif Saint-Pardoux Citoyen